« Blind Willie McTell » de Bob Dylan

Bob Dylan

Bob Dylan

Tout au long de sa carrière, Bob Dylan fut un auteur-compositeur très prolifique. L’écriture de chansons se produit souvent à une date beaucoup plus tôt que les enregistrements en studio et les chansons doivent être stockées pour un accès ultérieur. Les paroles ne sont pas un problème – Dylan les écrit habituellement sur une feuille de papier. La musique est tout à fait autre chose et très peu d’artistes ont les connaissances nécessaires pour écrire les partitions pour une chanson. La façon la plus simple est de l’enregistrer, même si ce n’est qu’avec un seul instrument, et tous les arrangements peuvent être créés plus tard pendant l’enregistrement formel.

« Blind Willie McTell » a été enregistré pour la première fois en 1983 dans une version démo élémentaire où Dylan chante et joue du piano, accompagné uniquement de Mark Knopfler à la guitare. C’est une ironie singulière que cette chanson, dont la stature n’a cessé de croître et dont on se souviendra sûrement comme l’une des créations les plus parfaites de Dylan, n’est jamais apparue sur un album studio. La chanson fut retirée de l’album « Infidels » (1983) pour des raisons obscures et la version démo originale a fait surface en 1991 sur le troisième disque de la soi-disant « série bootleg » de Dylan. The Band, associé de longue date de Dylan, a commencé à jouer la chanson lors de leurs concerts live et Dylan en a fait de même. Toutes ces versions live sont jouées à un rythme généralement animé. Mon arrangement est interprété comme un chant funèbre par respect pour « St. James Infirmary, » l’antécédent musical de « Blind Willie McTell. »

Yank Rachell et Sleepy John Estes

Yank Rachell et Sleepy John Estes

Le fait de jouer cette pièce de Dylan me donne aussi l’occasion de jouer de la mandoline blues, qui n’est pas un instrument populaire pour ce genre. James « Yank » Rachell (1903-1997) a créé le vocabulaire de la mandoline blues pendant sa longue association avec Sleepy John Estes (1899-1977). Dans les années 1970 et plus tard, la mandoline de blues a été élevée à une forme d’art par le magnifique travail de Ry Cooder.

Blind Willie McTell

Blind Willie McTell

William Samuel McTier (1898-1959) a non seulement enregistré sous le nom de Blind Willie McTell, mais aussi sous plusieurs autres noms – à l’époque, les maisons de disques pensaient qu’un artiste connu portant un nom différent faisait de lui un « nouvel » artiste et le public voulait toujours quelque chose de nouveau. L’artiste lui-même, en particulier un artiste noir, n’avait pas son mot à dire dans cette politique. Les artistes noirs étaient considérés et traités comme la « propriété » de la maison de disques. Par conséquent, McTell a également enregistré comme Blind Sammie (pour Columbia Records), Georgia Bill (pour Okeh Records), Hot Shot Willie (pour Victor Records), Blind Willie (pour les étiquettes Vocalion et Bluebird), Barrelhouse Sammie (pour Atlantic Records) et Pig & Whistle Red (pour Regal Records). « Pig & Whistle » fait référence à une chaîne de restaurants barbecue à Atlanta et McTell jouait souvent pour des pourboires dans le stationnement du Pig & Whistle.

Né à Thomson, en Géorgie, McTell était aveugle d’un œil à la naissance et a perdu la vue complètement pendant qu’il était encore enfant. Issu d’une famille de musiciens, il apprit la guitare de sa mère et finit par s’exprimer couramment dans les styles Piedmont et ragtime. Contrairement à ses contemporains, il utilisait exclusivement une guitare à 12 cordes pour se faire entendre à travers les bruits de la ville. On se souvient surtout de lui pour le classique « Statesboro Blues », qui a lancé la carrière de Taj Mahal et du Alman Brothers Band. Sauf pour quelques excursions d’enregistrement dans le nord, McTell a rarement quitté sa Géorgie natale. Dans ses dernières années, McTell fut un prédicateur à Mt. Zion Baptist Church à Atlanta et il est mort en 1959 d’un accident vasculaire cérébral causé par le diabète et l’alcoolisme. Il n’a jamais eu la chance d’être « redécouvert » lors de la renaissance folk et blues des années 1960.

Pour ce qui est des paroles, « Blind Willie McTell » de Dylan est une palette d’images énigmatiques, suggérant le sud profond du XIXe siècle, la guerre civile et les horreurs de la reconstruction d’après-guerre, une politique par laquelle Abraham Lincoln a tenté de ramener les États du Sud dans l’Union. Après l’assassinat de Lincoln, Andrew Johnson devint président et lui et les démocrates du Sud s’opposèrent catégoriquement à toute tentative de droits civils pour les esclaves libérés, annulant ainsi une grande partie de ce que Lincoln avait essayé de réaliser.

L'hôtel St. James

L’hôtel St. James

Les paroles de « Blind Willie McTell » implantent la Nouvelle-Orléans comme les serre-livres de la chanson. La ville est mentionnée dans le premier verset et le dernier verset fait référence à l’hôtel St. James, un point de repère bien connu de la Nouvelle-Orléans. C’est aussi un lien avec la pièce « St. James Infirmary, » une chanson folk américaine d’origine anonyme sur laquelle la chanson de Dylan est basée. La chanson « St. James Infirmary » est aussi fréquemment associée à Louis Armstrong, le fils le plus célèbre de la Nouvelle-Orléans.

Dylan a commencé à chanter cette chanson avec une référence à Jérusalem. Au fil des années, cela a changé pour « New Jerusalem », une référence biblique à la compréhension mystique juive du paradis. Les paroles de « Blind Willie McTell » offrent de nombreuses images saisissantes, comme celles qui font référence à la guerre des Indiens (Premières nations) d’Amérique et au commerce des esclaves. La référence à « taking down the tents » évoque les spectacles itinérants de médecine dans lesquels Blind Willie McTell a joué dans sa jeunesse. Ces spectacles allaient de ville en ville, offrant des divertissements gratuits tout en vendant de faux remèdes brevetés, souvent nuisibles. La référence aux plantations incendiées évoque la victoire écrasante du général William Sherman en Géorgie et dans les Carolines durant la guerre civile. « Sherman’s March », comme on l’appelait, a été la première expérience de guerre totale au monde. Son but était de briser le moral des citoyens et leur volonté de résister en détruisant les routes, les chemins de fer, les usines, les moulins, les granges et des milliers d’acres de coton et d’autres récoltes.

Dans mon arrangement de la chanson de Dylan, je joue une guitare à 12 cordes pour honorer Blind Willie McTell et son instrument de choix. Le solo de contrebasse éloquent joué par Alrick vers la fin de la chanson est une interprétation en deux couplets de la mélodie de « St. James Infirmary ».

Richard Séguin – voix, guitare acoustique 12 cordes, mandoline
Alrick Huebener – contrebasse

Blind Willie McTell

posted by R.A.Seguin in Non classé and have Commentaires fermés sur « Blind Willie McTell » de Bob Dylan