Archive for juin, 2021

« The Times They Are A-Changin’ » de Bob Dylan

J’ai eu la chance de naître dans ma famille, à cette époque et dans cette partie du monde. Une chance incroyable. Mon frère Robert et un grand nombre de nos amis sont exactement du même avis. Nous avons tous eu une enfance parfaite. S’il y avait un inconvénient pour moi, c’est que j’étais protégé et complètement mal équipé émotionnellement pour les réalités brutales du monde en dehors de mon paradis de Prescott et Russell.

Ces réalités brutales ont commencé à s’accumuler avec la mort de mon frère Gabriel, favori de tous, en 1959. Puis j’ai entendu parler de la guerre froide, du mur de Berlin en 1961 et de la crise des missiles cubains en 1962. Le monde était en état d’alerte – même mon petit village endormi de Rockland a commencé à mettre à l’essai la grande alarme qui retentissait au-dessus du bureau de poste à cette époque. J’avais à peine commencé mon secondaire quand Kennedy a été assassiné. Et puis, nos voisins du sud sont devenus complètement fous. La classe dominante blanche a déclaré la guerre totale à la population noire.

En fait, cette guerre dure depuis des siècles, mais c’est l’augmentation de la couverture médiatique, surtout la télévision, qui a amené les horreurs des attentats à la bombe contre les églises et le lynchage d’hommes et de femmes noirs dans nos salons du Nord. Je ne comprenais rien parce que je n’ai pas grandi avec les préjugés et le racisme. Ma mère et mon père étaient beaucoup trop occupés à garder une maison de neuf personnes à flot pour même penser à de telles sottises. Quand j’avais cinq ans, mon frère Gabriel m’a présenté son monde de musique, peuplé d’artistes noirs et blancs. Mon frère s’en fichait – il les aimait tous. Il était aussi fou de Chuck Berry que de Jerry Lee Lewis. Pour chaque disque d’Elvis Presley qu’il avait, il y avait un disque de Ivory Joe Hunter dans sa collection. Pour chaque disque des Everly Brothers ou de Buddy Holly, il y avait des disques de Little Richard, The Coasters ou Fats Domino. J’aimais mon frère et j’ai grandi en aimant tout ce qu’il aimait. Par conséquent, mes héros ont toujours été noirs et blancs. Ils le sont encore.

En 1964, tout le débat portait sur le projet Freedom Summer, une campagne d’inscription visant à augmenter le nombre d’électeurs noirs inscrits au Mississippi. Le Mississippi a été choisi comme site du projet en raison de ses niveaux historiquement bas d’inscription des électeurs afro-américains ; en 1962, moins de 7 % des électeurs noirs éligibles de l’État étaient inscrits pour voter. Plus de 700 volontaires majoritairement blancs se sont joints aux Afro-Américains pour lutter contre l’intimidation et la discrimination des électeurs aux urnes. Le mouvement a été organisé par des coalitions de droits civiques comme le Congrès sur l’égalité raciale (CORE). Les volontaires de Freedom Summer ont rencontré une violente résistance du Ku Klux Klan et des membres des forces de l’ordre locales et d’État. La couverture médiatique des raclées, des fausses arrestations et même des meurtres a attiré l’attention internationale sur le mouvement des droits civiques. Le Sud est resté isolé, surtout en ce qui concerne les bureaux de vote, où les Afro-Américains ont été victimes de violence et d’intimidation lorsqu’ils ont tenté d’exercer leur droit constitutionnel de vote. Les taxes de vote et les tests d’alphabétisation conçus pour réduire au silence les électeurs noirs étaient courants. Sans accès aux urnes, le changement politique en faveur des droits civiques a été lent à inexistant.

Goodman, Chaney et Schwerner

Goodman, Chaney et Schwerner

Parmi la première vague de volontaires arrivés en juin 1964 se trouvaient deux étudiants blancs de New York, Michael Schwerner et Andrew Goodman, et James Chaney, un homme noir local. Les trois ont disparu après avoir visité Philadelphia, Mississippi, où ils enquêtaient sur l’incendie d’une église. On a appris plus tard qu’ils avaient été arrêtés par le shérif adjoint Cecil Price, un membre du Klan, apparemment pour excès de vitesse.
Le barrage de terre

Le barrage de terre

Ils ont été détenus en prison jusqu’à la tombée de la nuit, tandis que Price organisait un lynchage avec ses compagnons Klansmen. Quand les trois ont été relâchés, ils ont foncé dans une embuscade où Goodman et Schwerner ont été abattus à bout portant. Chaney a été poursuivi, battu impitoyablement et fusillé trois fois. Six semaines plus tard, les corps des volontaires disparus ont été retrouvés, enterrés dans un barrage de terre. Le 4 décembre, le FBI a arrêté 19 suspects, tous libérés sur un point de procédure. Une bataille de trois ans a commencé pour les traduire en justice. En octobre 1967, les hommes, y compris le « magicien impérial » du Klan Samuel Bowers, qui aurait ordonné les meurtres, ont été jugés et sept ont finalement été reconnus coupables de crimes fédéraux liés aux meurtres. Tous ont été condamnés de 3 à 10 ans, mais aucun n’a purgé plus de six ans. C’était la première fois depuis l’abolition de l’esclavage après la guerre civile, près de 100 ans, que des hommes blancs étaient reconnus coupables de violations des droits civiques contre des Noirs au Mississippi.

De nombreux résidents blancs du Mississippi en voulaient profondément aux militants de Freedom Summer et à toute tentative de changer le statu quo de la ségrégation. Les locaux harcelaient régulièrement les bénévoles. Leur présence dans les communautés noires locales a mené à des fusillades en voiture et à des attentats à la bombe contre les maisons qui ont accueilli les activistes. 37 églises ont été incendiées ou visées par des bombes. Les gouvernements d’État et locaux ont utilisé des arrestations, des incendies criminels, des raclées, des expulsions, des licenciements, des meurtres, de l’espionnage et d’autres formes d’intimidation et de harcèlement pour s’opposer au projet et empêcher les Noirs de s’inscrire pour voter ou atteindre l’égalité sociale.

Témoin de tout cela de loin, je suis devenu un enfant de 14 ans très malheureux. Les gens de ma ville se sont tenus à eux-mêmes et il n’y avait personne à qui parler. Comme beaucoup de jeunes démoralisés de cette époque, je me suis tourné pour l’inspiration et l’espoir vers le brillant auteur-compositeur qui avait récemment pris d’assaut l’Amérique du Nord, Bob Dylan. Dylan était assez intelligent pour savoir que les barrières construites par la haine et le sectarisme dureraient toute notre vie et au-delà. Il a chanté que la réponse soufflait dans le vent. Il a vu que le mouvement des droits civiques et la renaissance de la musique folk étaient étroitement liés et il a écrit une chanson qu’il croyait être un hymne pour le changement, intitulée « The Times They Are A-Changin. » Les paroles de la chanson contenaient des références bibliques et étaient structurées comme des ballades anglaises, irlandaises et écossaises des XVIIIe et XIXe siècles comme « A-Hunting We Will Go » ou « Come All Ye Tender Hearted Maidens. » Moins d’un mois après que Dylan ait enregistré la chanson, le président Kennedy a été assassiné à Dallas, au Texas. La chanson a donné son titre à l’album suivant de Dylan, sorti en 1964 au milieu de la fureur des changements qu’il prédisait. Dylan chante la pièce s’accompagnant à la guitare acoustique. Mon arrangement de « The Times They Are A-Changin » est beaucoup plus impliqué et dépend énormément des talents de mes amis Alrick Huebener à la contrebasse et Roch Tassé à la batterie.

Alrick Huebener

Alrick Huebener

Si l’on remonte à 1964, il est très intéressant de noter que les États méridionaux de la Caroline du Sud, de la Géorgie, de l’Alabama, du Mississippi et de la Louisiane, les points chauds de la ségrégation et de la prévention du logement, de l’éducation et d’autres services pour les personnes de couleur, étaient tous sous le contrôle des démocrates, les chéris d’aujourd’hui. Cette année-là, au Sénat, les démocrates ont fait l’obstruction la plus longue de l’histoire des États-Unis, pendant 75 jours, en essayant tous d’empêcher l’adoption de la Loi sur les droits civils. Les gouverneurs démocrates et les fonctionnaires des gouvernements d’État et locaux étaient parmi les hommes les plus malveillants du 20e siècle.
Roch Tassé

Roch Tassé

Et pourtant, Abraham Lincoln, le Grand Émancipateur, l’homme qui a combattu pour mettre fin à l’esclavage au prix de sa propre vie, était un républicain, les monstres d’aujourd’hui. Le vérité est que les hommes maléfiques ne se soucient pas des affiliations politiques. Démocrate, républicain, conservateur ou libéral sont des étiquettes vides de sens pour eux. Les hommes maléfiques dépendent de manteaux qui nous cachent leur nature. Des hommes maléfiques déposeront des couronnes sur les charniers d’enfants autochtones ou sur un monument commémoratif pour les victimes de l’holocauste. Ils liront des déclarations préparées et répéteront que leurs pensées et leurs prières sont avec les familles des victimes, en utilisant toujours ces mots exacts, même si leurs pensées sont très certainement ailleurs et, bien sûr, ils ne prient jamais.

Nous devons tous nous rappeler les paroles d’Edmund Burke (1729-1797), un politicien irlandais qui a dit : « Ceux qui ne connaissent pas l’histoire sont destinés à la répéter. »

Richard Séguin – voix, guitare acoustique, guitare électrique 12-cordes, guitare MIDI (piano, orgue)
Alrick Huebener – contrebasse
Roch Tassé – batterie

The Times They Are A-Changin’

posted by R.A.Seguin in Non classé and have Commentaires fermés sur « The Times They Are A-Changin’ » de Bob Dylan